skip to Main Content
WEBSHOP +41 (0)26 422 39 20 info@wls.ch
Evaluation et mise à jour des axes de liaison et des corridors faunistiques dans le canton de Zoug

De nombreux animaux sauvages terrestres se déplacent quotidiennement, de manière saisonnière ou tout au long de leur vie. Dans le paysage anthropisé d’aujourd’hui, ils rencontrent alors des obstacles : les routes, les agglomérations, les murs, les clôtures, mais aussi les surfaces déblayées où ils ne trouvent plus d’abri.
Avec la description des axes de liaison à grande échelle et des corridors faunistiques, l’OFEV a créé une base qui montre le système de connexion de la Suisse pour les habitats des animaux sauvages terrestres. Les axes de liaison indiquent les itinéraires de migration et de dispersion établis qui relient les habitats à grande échelle. Les corridors faunistiques sont des surfaces situées le long des axes de liaison qui sont limitées ou affectées en permanence par des structures naturelles ou anthropiques. Le maintien de l’ouverture ou la valorisation de ces surfaces de corridors est essentiel pour garantir aux animaux sauvages l’échange génétique, la dynamique des populations et de l’espace spécifique à chaque espèce (par exemple les migrations saisonnières), ainsi que la dispersion active. La description détaillée des corridors faunistiques constitue donc une base de travail importante pour les administrations cantonales en ce qui concerne la mise en réseau et doit également garantir la perméabilité du paysage pour la faune sauvage à l’avenir, malgré la poursuite des activités de construction.


Barrière anthropogène dans un corridor faunistique : une biche et son faon tentent de trouver un abri dans un « biotope-relais ». Le lieu de refuge s’avère toutefois inaccessible en raison d’une clôture en grillage noué (flèche).

Dans le cadre de la présente évaluation et mise à jour, tant les axes de liaison que les corridors faunistiques du canton de Zoug ont été réévalués. Dans un premier temps, le paysage du canton de Zoug a été analysé au moyen d’un SIG. Les tracés des axes ont été actualisés et, si nécessaire, des axes régionaux ou locaux supplémentaires ont été délimités. De même, les périmètres des corridors faunistiques ont été mis à jour et, si nécessaire, des périmètres de corridors supplémentaires ont été définis. Les corridors identifiés à l’aide de données SIG et sur le terrain, ont ensuite été évalués et des attributs importants tels que les structures-guide, les passages obligés et les barrières ont été relevés. Chaque corridor faunistique a été décrit de façon détaillée à l’aide d’une fiche d’objet et les mesures possibles de revalorisation ont été indiquées.

Back To Top